EXTRAITS DU C-R. REDIGE PAR LE Lt-COMMANDER KITTREDGE APRES LES ECHANGES DU DERNIER DINER

"L'information fournie par le Colonel Billotte, Jean Moulin, le Général Delestraint et M.Cavaillès est à peu la même que celle qui vous a été donnée le 5 Mars, avec la seule différence que la nécessité de travailler avec leGénéral de GAULLE a été soulignée davantage. Nos trois visiteurs ont déclaré que le "Giraudisme" et l'organisation secrète de l'Armée de l'Armistice étaient pour ainsi dire non-existants".
(...)
[Le Commander Kittredge reprend dans son C-R.. le soit-disant projet français: mille opérations aériennes par mois, chacune apportant une tonne de matériel, pendant trois mois, malgrè les dénégations des Français].

Comme le Colonel Billotte l'a reconnu, la mise sur pied du plan et la conduite des opérations combinées doivent être assurées avec une entière garantie de sécurité. Parmi l'E.M. du Général de Gaulle, seuls quelques officiers tout particulièrement choisis ont besoin de connaître les plans détaillés des opérations. En France, aucun des états-majors n'a besoin d'être informé, exception faite de deux ou trois officiers généraux placés aux postes de commandement. La liaison pourrait être assurée à l'aide d'officiers de liaison britanniques et américains, tout spécialement qualifiés pour cela. (...)

La coordination des opérations à l'intérieur de la France, en même temps que celles d'un débarquement allié, réduiraient d'environ deux tiers les risques et la capacité allemande de contre-attaque, si les chiffres donnés par les Services du Général de Gaulle sont corrects.

Le Colonel Billotte est également d'avis que l'A.S., tout en attendant et préparant le débarquement allié, peut entreprendre une action immédiate. Ceci pourrait être fait en vue d'immobiliser les ports et leurs accès, particulièrement en ce qui concerne les bases de sous-marins. Les F.F.C. sont convaincus qu'ils seraient à même d'interrompre les opérations sous-marines pendant de longues périodes dans chacune des bases principales. (...)

Le Général de Gaulle considère ces questions avec une attention spéciale. Elles ont été déjà discutées avec S.O.E. et avec le Général Alan Brooke. Le Général de Gaulle ayant certaines suggestions à soumettre aux autorités américaines et aux des E.M. alliés a proposé une réunion à laquelle assisterait l'Amiral Stark et où seraient passés en revue les problèmes généraux de la collaboration des Forces Françaises avec les Alliés.
Lt-Commander Kittredge*
* Passy, Colonel, Ibid. p.67 à 69.


Utiliser la touche "Retour / Back" de votre navigateur ou:

Retour à... :